mardi 10 septembre 2013

Mardi 10 septembre

Bon, disons qu'on a été étrennés. À l'aéroport, le représentant de l'agence EuroDrive, qui s'occupe de nous remettre la voiture que nous avons en achat-rachat (Peugeot 208 manuelle), nous attend ainsi qu'une dizaine d'autres moutons. Le transfert se fait sans difficulté, départ vers Le Hezo. Mon très prévoyant mari a enregistré les principales adresses de notre séjour. Go.

 

Euh, non, PAS GO. On nous remet la voiture avec le réservoir vide. Ça prend de l'essence, et ça en prend LÀ LÀ. S'ensuit un bonne vingtaine de minutes fiévreuses, pour ne pas dire fébriles. Un piéton interrogé se montre plutôt vague (ah je crois bien que c'est à La Montagne, alors vous allez jusqu'au bout ici, ensuite vous prenez la route à gauche…) Jusqu'au bout, oui. Au bout de quoi ? La route à gauche ? QUELLE route à gauche ? Une indication vers un HyperU, une valeur sûre, n'arrive à rien. Nous voilà sur une autoroute, Avia devant, dit le GPS. Ouais, il est à gauche et pas l'ombre d'une sortie en vue. La sortie qui finalement s'offre à nous nous fait rouler en pleine campagne. Jolie et tout et tout, hein, la campagne. On. S'en. Fout. Le spectre de la panne sèche se fait de plus en plus menaçant. Une indication de Super U, ouais, c'est bon, ça va faire comme l'Hyper U de tantôt ? Nous interrompons un pique-nique où on nous rassure. Oui, il y a bien un Super U à environ un kilomètre.

 

Et il y a.

 

Où sont les pompes ? En haut, là. On se rend comment, en haut ? Une rampe, LÀ LÀ. Où sont les pompes ? Ah, là. De quel côté est le réservoir ? Du bon côté. Introduisez votre carte, dit la pompe. Tiens, la voilà, ma carte. Un affichage qu'on ne comprend pas trop. À tout hasard, Roger insère le bec verseur dans le réservoir. Rien. L'affichage indique maintenant délai trop long. Recommencez. On joue au fou comme ça un petit moment, puis Roger demande à une cliente à la pompe voisine. Alors c'était simple : l'affichage bizarre, c'était pour choisir le type de carburant. G pour Gazole et V, pour Valider. Une fois qu'on le sait, c'est évident. Roger dépompe un peu en pompant, si vous me suivez, et je lui arrache un sourire en lui signalant que ce sera drôle dans le blogue.

 

Comme.

 

Nous reprenons la route. Au out d'un moment, Roger bâille à s'en décrocher la mâchoire. Et moi, instruite par l'expérience, je me doute qu'à Le Hezo, nous ne trouverons probablement rien d'ouvert à l'heure à laquelle nous y arriverons. Après encore quelques tours et détours, nous aboutissons à un relais de camionneurs. Ah-HA ! pour 11 €, un buffet de hors-d'oeuvres variés abondants à volonté, un plat du jour (nous avons choisi un aiglefin sauce safranée qui était fort bon) et pour moi, une glace. Le cidre était sur la table, cidre parce que Roger avait refusé le vin, autrement, la carafe de vin aurait été sur la table.

 

Nous aimons bien les relais de camionneur. C'est de la bonne cuisine de tous les jours, qui ne donne pas dans le raffinement mais qui est abondante, et savoureuse.

 

Je voulais vous photographier le buffet des entrées, mais on l'a rangé pendant que je mangeais.

 

Si je suis très sage ce soir (genre jeûne ou presque), ma première journée en France sera bien à l'intérieur de ma limite de calories.

 

--

 

Nous sommes arrivés chez nos hôtes un peu avant 16 heures. C'est ici.

 

http://www.chambresdhotes.org/Detailed/12487.html

 

La chambre que nous occuperons pour la prochaine semaine est celle du haut à droite, sanitaires privés avec douche. Après avoir pris un verre avec nos hôtes, nous sommes montés défaire les bagages et nous reposer un moment. Nous n'en sommes pas sortis.

 

Météo. Très ensoleillé, quelques passages nuageux. En après-midi, 21 °.

 

This page in English: http://www.deutschland-geht-app.de/app/pdfcreator/pdf/3BB11671-3FDA-40AB-90B6-30D608BCA0FF/4646.pdf

4 commentaires:

Dorémi a dit…

Combien de temps a duré le trajet jusqu'à votre chambre d'hôtes ?

Hélène a dit…

Normalement, le trajet aurait dû être d'environ un peu moins d'une heure et demie. De tour en détour, en comptant toutes les péripéties, il nous a fallu environ trois heures.

Dorémi a dit…

En plus du voyage en avion, vous deviez être sur les rotules !

Michelle a dit…

Effectivement les mésaventures de voyage font de bons récits. Je n'ose dire que je nous souhaite à nous tes fidèles lecteurs de nombreuses histoires palpitantes. Mais en général il y a toujours moyen de faire ressortir les étrangetés de ceux qui ne sont pas "nous"... Et d'en rire.
Je compte sur toi pour égayer nos journées.